One Millions Faces : Davy Sur + David Amar + guest

La musique vécue comme une épopée visuelle et sonore. Pour ces deux metteurs en son, la partition est intérieure et se dévoile sur l’instant.

Derrière One Million Faces (OMF) se cache deux visages, deux personnalités parfaitement complémentaires voyant la démarche musicale du même oeil. Leur credo ? La composition instantanée en triangulation avec un lieu spécifique et un artiste invité. « On est autant un concept musical que visuel. Chaque prestation est un one shot, un spectacle unique en résonance avec l’endroit, qu’il soit à l’intérieur ou en extérieur. Le choix d’un artiste d’un autre univers (danseur, VJing, mapping, circassien, musiciens, etc.) vient compléter la dernière partie du triangle. ». Chaque réalisation est en interaction avec notre musique, à sa base et à sa conclusion.�

Quand ils se trouvent sur scène, ces deux-là n’ont aucune idée de ce qui va se passer. « La force de la spontanéité, c’est qu’elle nous interdit d’être à demi-présent. Elle exige une connexion sans faille au moment », argumente David Amar, ancien membre du trio Sashird Lao. Et ce jeu de lâché prise engendre des plages musicales surprenantes, échappant complètement à l’étiquetage standardisé que connait l’industrie du disque.

Pour One Million Faces, les silences et les espaces sont tout aussi importants que les textures sonores. « La musique se dévoile sur l’instant », renchérit Davy Sur,l’autre moitié du duo. « On ouvre le livre sur scène et on découvre ce qu’il y a à raconter. On « musifie » l’instant dans son unicité et sa fragilité. Ce qui ne veut pas dire que l’on joue n’importe quoi ou que l’on fait une thérapie sur scène ! (rires). Avec David on partage une certaine éthique de la vie et de la musique, celle d’être à l’écoute du beau et de l’autre en permanence ».- De New-York à Delhi. S’ils s’amusentà construire à partir de « rien », David Amar et Davy Sur ne sont pas, de leur côté, vierges de tout passé musical.« Quand j’ai rencontré Davy, il revenait d’un long séjour à New-York où il s’était frotté aux meilleurs musiciens de jazz. Entre sa culture des musiques improvisées, sa connaissance de la musique indienne et son ouverture d’esprit à 360 degrés, il m’est apparu comme le complice idéal », un binôme ouvert à la collaboration, à l’autre, au- delà des disciplines.

onemillionfaces.fr

https://youtu.be/YBFVkqXTQcg
https://youtu.be/5oPqBaEi6bc

PAF 5 €
Adhésion @ La Zonmé obligatoire : 5€/an ; 1€/jour